Services

Action communautaire

Vous ou l’un de vos proches avez l’hépatite C? Nous serons heureux de vous aider. Le CAPAHC vous propose :

  • De l’aide, de l’écoute, facilement, en parlant à un intervenant,
  • Des groupe de support, pour rencontrer des gens qui vivent la même chose,
  • Les ressources qui vous conviennent et des références vers des équipes médicales,
  • Une assistance pour le cheminement vers le traitement et un suivi pendant et après le traitement,
  • Des brochures explicatives conçues pour le grand public.

Nos services sont entièrement gratuits. Contactez CAPAHC pour obtentir des informations et du soutien:

  • Prévention
  • Dépistage
  • Co-infection VIH/VHC/VHB
  • VHC et nutrition
  • VHC et grossesse
  • VHC et sexualité
  • VHC, drogue et alcool
  • Traitements

Montréal: 514-521-0444

Sans-frais : 1-866-522-0444

Par courrielinfo@capahc.com

Groupes de soutien hépatite C

CAPAHC (Montréal)

Vous êtes porteur d’hépatite C ou co-infecté VIH, vous avez besoin d’informations, de soutien, d’échanger avec des personnes qui vivent la même chose que vous, de rencontrer des patients sur traitement, ou bien d’autres qui ont terminé leur traitement ? Venez nous rejoindre!

Nos prochains groupes de soutien auront lieu:

Jeudi le 21 décembre 2017 de 18h à 20h !
au CAPAHC 2000, rue Notre-Dame Est, # 502 (Métro Papineau)

Mardi 16 janvier 2018 de 14h à 16h !
à Plein Milieu, 4677 rue Saint-Denis (Métro Mont-Royal)

Appellez-nous au 514-521-0444 pour vous inscrire.

2000, rue Notre-Dame Est, Bureau 502

Métro Papineau

Info-herpès

En collaboration avec le Portail VIH/sida du Québec, CAPAHC offre également du soutien et des soirées discussion aux personnes atteintes de l’herpès.

Page Info-herpès

Témoignages

Le fait de pouvoir échanger entre personnes en traitement… il y a des liens qui se créent, on se sent moins seuls. Chacun vit la maladie différemment, mais le fait de s’identifier à la personne à côté de toi c’est aidant.

Christine

La recherche aujourd’hui est tellement avancée, c’est plus comme avant: les traitements vont être de moins en moins difficile, et plus courts. Il faut s’accrocher, et garder espoir que c’est juste un mauvais moment à passer.

Ginette